Tous les artistes de la Biennale d’art de Venise 2022 -deuxième partie

Nous continuons notre découverte des artistes présents à la 59ᵉ édition de la Biennale de Venise

La liste est des artistes de la 59ᵉ édition de la Biennale de Venise qui se déroulera à partir du 23 avril jusqu’au 27 novembre 2022 est marquée par la nette présence féminine à la tête des différents pays. Découvrons-la ensemble!

Allemagne

Maria Eichhorn a été choisie pour représenter le prestigieux pavillon de l’Allemagne cette édition. L’artiste est passée au premier plan en 2002 à l’occasion de l’onzième Biennale Documenta Kassel, la célèbre manifestation d’art contemporain allemand. Elle a proposé le projet Maria Eichhorn Aktiengesellschaft (Maria Eichorn société anonyme). L’œuvre est la réflexion sur le capitalisme et son obsession à la croissance, la société crée a un statut qui l’interdit d’augmenter son bénéfice. Yilmaz Dziewior, actuelle directrice du musée Ludvig à Cologne, est la commissaire du pavillon.
Maria Eichhorn

Hongrie

Zsófia Keresztes née à Budapest, est une artiste plasticienne qui travaille avec la mosaïque pour ses sculptures, caractérisées par des couleurs pastel ou en créant des installations. Elle utilise des matériaux industriels et malléables comme carton, tissu, polystyrène ou mousse expansée. Ses œuvres ont été exposées à la Biennale de Lyon en 2019 et à la foire de Liste en 2018.
L’intérêt pour la matière et sa déformation est l’expression du corps qui est capable de la modifier.
Le projet de l’artiste s’appelle After Dreams, I Dare to Defy the Damages (Après les rêves, j’ose défier les dégâts).

Zsófia Keresztes

Canada

Stan Douglas, artiste bien connu à la Biennale de Venise après avoir été présent les derniers quatre éditions, concentre son travail sur les communautés marginalisées et l’échec des mouvements utopiques. En utilisant la photographie, il mène son analyse autour de l’obsolescence de la technologie et l’art. Ses œuvres multidisciplinaires s’adaptent à etre exposées au musée comme dans une galerie or sur un écran, et le public les peut admirer au centre Georges Pompidou, à la Tate Gallery comme au le musée d’art moderne de San Francisco.
Stan Douglas, HERO

Islande

Sigurður Guðjónsson exposera son projet dans le siège de l’Arsenal. Ses installations vidéo créent un ensemble organique entre espace, son et images. Avec plus de vingt expositions personnelles et la participation à plusieurs festivals, son art est connu à niveau mondial. En 2018, il a reçu le prix national pour l’art avec l’exposition Indoors et il coopère avec differents compositeurs pour réaliser ses installations. Pour cette Biennale il travaillera avec la commissaire Mónica Bello, directrice artistique de centre du CERN, centre européen pour la physique de particules.
Sigurður Guðjónsson

Nouvelle- Zélande

Yuki Kihara est l’artiste qui représentera la Nouvelle- Zélande. Connue par ses photos, elle fait une critique des narrations dominantes du post-colonialisme. Elle travaille également sur les sujets de genre et de sexualité et comment les malentendus courants de la société l’affectent souvent. Yuki Kihara est la première artiste descendante des populations locales à représenter le pays.

Yuki Kihara

Filande

L’exposition organisée par Christina Li, conservatrice indépendante et ancienne directrice du Spring Workshop à Hong Kong, présentera le travail de Pilvi Takala. L’artiste qui a remporté le prix néerlandais de Rome en 2011, le prix Emdash en 2013 et le prix d’État finlandais pour les arts visuels en 2013, présentera son travail basé sur la recherche et axée su l’exploration critique des normes comportementales et des structures sociales. Ses œuvres vidéo sont basées sur des interventions performatives dans lesquelles elle étudie des communautés spécifiques afin de traiter les structures sociales et de remettre en question les règles et vérités normatives de notre comportement dans différents contextes. Ses œuvres montrent qu’il est souvent possible d’apprendre les règles implicites d’une situation sociale simplement en la perturbant.
Pilvi Takala

Austria

Jakob Lena Knebl et Ashley Hans Scheir ont été annoncés par la secrétaire d’État aux affaires culturelles, Ulrike Lunacek, comme les artistes représentant l’Autriche l’année prochaine en Italie. Les artistes utilisent plusieurs langages artistiques qui comprennent la peinture, la photographie, les œuvres audio et vidéo et les hologrammes, afin de créer des « espaces de désir » destinés à « confondre les idées conventionnelles de présentation des musées » et à « saper les hiérarchies de l’art et du design, du haut et du bas ». En 2019, le duo a également créé une œuvre d’art monumentale pour la façade de la tour de l’hôtel de ville de Vienne.
Die Kuenstler(Innen) Jakob Lena Knebl und Ashley Hans Scheirl

Luxembourg

Tina Gillen a été choisie pour représenter le Luxembourg à la prochaine Biennale d’art. Dans le pavillon Arsenal, elle présentera ses tableaux vivants intitulés Faraway So Close, décrits comme « une réflexion sur les relations entre l’espace intérieur et le monde extérieur et qui prendront forme dans un dispositif scénographique spécifique inspiré des décors cinématographiques ». Suzanne Cotter, présidente du jury : « la pratique picturale de Tina Gillen», prend en compte l’histoire de la peinture tout en la confrontant à d’autres médiums, comme la photographie et le cinéma. »
Tina Gillen

Écosse

Le pavillon écossais de la Biennale de Venise 2022 sera situé aux Docks de l’Arsenale, et présentera les œuvres d’Alberta Whittle. L’artiste écossaise s’occupe des problèmes de notre époque par le biais de films, de sculptures, d’installations spécifiques et de performances dans des espaces publics et privés. Le travail de Whittle est basé sur une recherche sur la diaspora africaine et la décolonisation, tout en abordant des questions comme le changement climatique et la pandémie mondiale. Alberta Whittle a déclaré : « Après avoir vécu en Écosse pendant presque toute ma vie adulte, j’ai été ravie d’apprendre que je représenterais le pays à la Biennale de Venise. Avec tant de conversations urgentes sur la santé, le deuil, le refus, la race et la guérison au premier plan de mon esprit, le moment est venu de poser des questions sur la façon dont nous pouvons désapprendre et réfléchir plus activement à un niveau personnel et collectif.  J’ai hâte de profiter de cette occasion pour développer de nouvelles œuvres en ces temps chargés. » 
Alberta Whittle